Non classé

Le déroulement de nos journées

La routine, pour moi c’était mortel. Le mot routine couvrait cette idée morne de faire la même chose chaque jour, dans le même ordre, à la même heure, avec les mêmes personnes. La routine c’était métro, boulot, dodo. La discipline n’en parlons pas : je me la représentait comme un militaire réglé comme une horloge, obéissant aveuglément et fermé d’esprit.

Or ma plus grande valeur, c’est la liberté. Si il y a une chose que j’aime par dessus tout dans la vie, c’est de me lever le matin sans savoir ce que je vais faire, ou je vais aller, qui je vais rencontrer. Du coup, pour moi, routine, disciple, et par extension organisation ça n’était pas en accord avec mes valeurs, même pas la peine d’y penser. Et puis j’ai fait des enfants.

D’abord ça a été le chaos : j’essayais de suivre les valeurs profondes et mon instinct tout en faisant plaisir à tout le monde…mauvaise idée, j’étais en train de fabriquer mon burn out maternel.

Mais pendant cette période, j’ai compris que mon salut viendrait de l’organisation : j’ai donc cherché à me renseigner. Je suis tombée sur la méthode Flylady, qui est basée sur, je te le donne en mille, les routines quotidienne.

Pour Flylady une routine ce n’est pas un truc triste et morne, c’est juste identifier ce que tu dois faire chaque jours et en faire une habitude pour être plus efficace et gagner du temps. J’ai commencé à faire des listes, un peu réticente, mais un simple coup d’œil sur ma pile de linge me ramenait à la réalité. Alors j’au fait un premier carnet, les prémices de mon bullet journal, et j’ai tenté.

Je n’ai pas réussi à devenir une maîtresse de maison parfaitement organisée, j’ai abandonné l’idée (pour le coup tu parles d’une routine morne et fade…) Par contre j’ai commencé à créer des automatismes, à gagner du temps, à y voir plus clair.

Aujourd’hui je te parle beaucoup de systèmes, d’organisation, d’habitudes, et je suis toujours en mode YOLO les 3/4 du temps. Je profite le plus possible du moment present, je prends le temps de me reposer, de rêvasser, de créer. Mais le 1/4 restant, je gère, je programme, j’organise, et je fais évoluer et j’ancre mes routines.

C’est pour ça, par exemple, que je me créé une trame de journée et de semaine idéale. Je ne la suis JAMAIS à la lettre. C’est une boussole, un emploi du temps qui me permet de me repérer dans la journée et dans la semaine pour garder le cap. Je sais par exemple, que quand il y a trop de choses dessus c’est l’échec assuré : ça me permet de m’en mettre moins sur le ciboulot. Par contre, si il est prévu le lundi de gérer les réseaux sociaux par exemple, mais qu’il fait beau et que j’ai envie d’aller prendre l’air, je vais aller prendre l’air. Je calle ma session RS à un autre moment, parce qu’elle est aussi importante et que je ne veux pas oublier de le faire.

Mais au final, c’est primordial pour moi de faire ce que je veux quand je veux. C’est tout aussi primordial pour moi de passer du temps avec mes enfants, de vivre dans une maison vivable, de gagner de l’argent, d’être en forme…

Et, par moment, c’est tout aussi primordial de lâcher complètement. Parfois, c’est parce que je suis en vacances : pas d’organisation, ce qui devait être géré l’a été ou attendra. C’est ce temps de liberté vraie sans horaires que je m’accorde parfois, souvent pendant les vacances scolaires, parce que notre vie est quand même pas mal réglée sur les horaires scolaires. Et parfois c’est juste comme ça, j’en ai trop sur la patate, je suis fatiguée, j’ai le moral dans les chaussettes, je lâche, l’organisation reviendra quand l’énergie reviendra. Et c’est pas grave. Je ne dis pas que je ne culpabilise jamais, c’est pas facile de lâcher sans état d’âme, surtout quand on a été comme moi mère au foyer et donc beaucoup regardée comme « la feignasse qui ne bosse pas », et pire, quand comme moi on a fait plusieurs dépressions et qu’on ne s’est donc pas suffisamment « bougé le cul » ( oui oui c’est un truc qu’on dit encore aux depressifs de nos jour, « bouge toi ça ira mieux »). C’est pas facile de lâcher, mais c’est nécessaire.

Ce qui est important, c’est comment nous CHOISISSONS de vivre nos journées. En mode YOLO ou super organisation, l’important c’est de l’avoir décidé, de faire ce qui nous convient à nous. Alors teste, expérimente, trouvé ce qui te convient pour réussir à vivre tes 1000 vies en 1 sereinement et aligné•e avec qui tu es vraiment, au fond de toi. Un petit pas après l’autre.

2 réflexions au sujet de “Le déroulement de nos journées”

  1. Bonjour Carole,
    Merci pour ton article qui fait du bien.
    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Un cadre minimum d’organisation est nécessaire pour pouvoir mieux profiter le reste du temps en s’écoutant.
    Je n’ai pas encore testé la méthode FlyLady, peut-être une nouvelle chose à expérimenter et à tester du coup pour l’adapter ensuite à mon fonctionnement.
    Aurélie

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s