Comprendre son fonctionnement, Lettre Multipossible

Extra terrestre au milieu des extra terrestres

Quand je suis en recrudescente d’énergie, une chose est sure : j’ai besoin d’être seule. 
Je me suis longtemps sentie bizarre, à part à cause de ça. 

C’est pas « normal » d’aimer être seule. 

En écoutant le podcast « Le syndrome de l’hippocampe », quelque chose s’est détendu. 

Je ne suis pas la seule que même les gens que j’aime le plus au monde fatigue. Je ne suis pas la seule à avoir du mal avec le téléphone, à avoir besoin d’anonymat là où je vis, de calme, de nature et de tranquillité. A détester faire la bise et les mains qui se serrent trop longuement.  

Et j’ai eu un déclic encore plus profond, qui m’a fait un bien fou : peut être bien que si j’ai eu autant de mal avec la maternité, avec le fait de ne plus être seule, jamais, d’avoir un milliard de choses à faire en même temps, tout le temps, aux milieu des cris, sans arrêt, peut être bien que c’est pas ma faute. 

Peut être bien que c’est juste parce que peut être bien que je suis autiste. 

Et non, mes filles ne me manquent pas quand elles vont chez leur grands parents, même si je les aime plus que tout au monde. 

Non, mon mari ne me manque pas quand on est séparés pour une raison x ou y, même si c’est ma personne préférée sur la terre. 

Je sais que mes filles et mon mari, ils sont là, toujours. Je n’ai pas besoin de vivre collés comme des cerises, on s’aime, on se parle, on passe beaucoup de temps ensemble. 

Je ne sais pas comment l’expliquer mieux que ça, et pourtant pendant longtemps je n’osais pas le dire, quand on me posait la question à chaque fois qu’un membre de la famille n’était pas collé à moi. Je culpabilisais parce que je ne ressentais pas de manque, bien au contraire, et qu’apparemment c’est pas « normal ». 

Et ça c’est juste la surface de l’iceberg, un exemplounet, mais j’en ai plein ma musette des comme ça. 

J’ai fait du chemin depuis, j’ai compris la sur-efficience, j’ai compris l’hyper sensibilité, l’hyper empathie, et enfin la multipotentialité. Pas à pas, mon chemin me ramène vers l’autisme.

Avec le temps j’ai compris que c’était normal, en fait. Et grâce à Morgane j’ai compris pourquoi. Je me doutais bien qu’il y avait un truc de ce côté là, en plus de tout le reste.

Si toi aussi tu te sens un extra terrestre même quand tu es avec des extra terrestres, qu’être avec les autres te fatigue beaucoup, que tu ne comprends pas certains rites sociaux bizarres à tes yeux mais complètement normal pour le reste du monde, du genre la bise, va faire un tour sur Le syndrome de l’hippocampe, tu m’en diras des nouvelles. 

Le podcast de Morgane :
://soundcloud.com/syndrome-hippocampe

A demain,
With Love & Light

Carole

PS : Morgane, si tu me lis, merci encore du fond du coeur. 

TU AS AIMÉ CET ARTICLE ?J’envoie un email comme ça chaque matin aux abonnés de la Lettre Multipossible. C’est gratuit.




Clique pour recevoir le prochain : http://bit.ly/LaLettreMultipossible
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s